From one symposium to another. . . (34 Th international symposium «Languages and Signigication», 8-11 July 2013, Albi (France)

Тип работы:
Реферат
Предмет:
Языкознание


Узнать стоимость

Детальная информация о работе

Выдержка из работы

НАУЧНАЯ ЖИЗНЬ SCIENTIFIC LIFE
DUN COLLOQUE A LAUTRE.
(34 Colloque d Albi Langages et Signification,
8−11 de juillet 2012, Albi (France)
ОТ ОДНОГО СИМПОЗИУМА до другого
(34-й Международный симпозиум «Языки и значение»,
8−11 июля 2013, г. Альби (Франция)
FROM ONE SYMPOSIUM ТО ANOTHER…
(34th International Symposium «Languages and Signigication»,
8−11 July 2013, Albi (France)
АННОТАЦИЯ. Симпозиум, который в июле 2013 г. уже 34-й раз проходил в г. Альби (Франция), организован Междисциплинарным центром семиолингви-стики текста университета Тулуза-II, с которым Тюменский государственный университет сотрудничает, начиная с 2002 года. Темой симпозиума был дискурс власти. Среди сообщений затрагивались темы общефилософского обоснования властного дискурса в произведениях Гоббса (доклад П. Марио), властного родительского дискурса, властного дискурса Ватикана, дискурса конкретных политиков (например Н. Саркози), авторитарного дискурса рекламных текстов, властного дискурса, получившего отражение в художественных текста, в живописи.
Среди участников симпозиума также были представители Тюменского государственного университета. Профессор Е. Н. Эртнер говорила о властном дискурсе земли Русской, во многом понимаемом как сила власти природы, что нашло отражение в русской художественной литературе. Профессор Н. Н. Белозерова говорила о семантической связи между категорией локуса и дискурсом власти. Т. В. Хвесько говорила об авторитарности дискурса в учебных аудиториях. Доцент Д. Е. Эртнер обобщила употребление когнитивных метафор в речах российских политиков. Аспирант Е. В. Новокрещенных представила доклад о концепте «грех» в англо-ирландской эпистеме и о соотношении между дискурсом о грехе и властным дискурсом. Очевидно, что динамическая интерпретация греха является одной из переменных составляющих морального властного дискурса. Доцент Г. З. Ефимова представила результаты научного исследования, проведенного в рамках ФЦП «Академическое мошенничество». Все доклады в виде статей будут опубликованы в 34-х анналах симпозиума в июле 2014 года.
SUMMARY. On the Albi symposium «Languages and Signification» that was held from the 8th to 11th July 2013 in the centre Saint-Amarand in Albi on the topic «The Discourse of Authority and Power Discourse».
Pierre Marillaud, the president of the international Symposium & quot-Languages and significations" sums up the results of the discussion.
The 34 session of the symposium of Albi (CALS), was organized by the CPST (Interdisciplinary centre for textual semiolinguistics) of the University TOULOUSE-II. This is a partner of Tyumen State University since 2002. The topic of discussion was The Discourse of Authority and Power Discourse"
Among the participants several professors and post-graduate student from Tyumen State University presented their papers. Elena Ertner, doctor of philology, spoke of the Power Discourse rendered by the Russian Land. This discourse taken as a discourse of Elements or of power of nature is reflected in the works of Great Russian Literature. Natalia Belozerova, doctor of philology, spoke of semantic correlation between the category of Locus and the Power Discourse. Tamara Khvesko, doctor of philology, touched upon the Academic discourse and its authoritative excesses. Daria Ertner, cand. of philology, in her presentation tackled conceptual metaphors in the speeches of Russian politicians. Ecaterina Novokreshchenikh, young faculty and a postgraduate student, in her presentation analysed how the concept of a sin reveals itself in English and Irish episteme, and its discursive interrelation with power discourse. Galina Efimova, cand. of Sociology, reported on the result of her investigations within the federal research program «Academic Cheating».
Among other presentations it is possible to single out philosophical grounding of Power Discourse in Hobbs works (P. Marillaud), parental authoritative discourse, Vatican Discourse, as well as the discourse of charismatic political leaders (such, N. Sarcosi) and the power of advertisements, etc. All these presentations will be published in the article form in the 34th annals of CALS in July 2014.
Je ne suis pas persuade de l’utilite de vous transmettre les lignes qui suivent, mais je le fais quand meme car, le XXXIVe colloque termine, il m’etait difficile de ne pas ecrire quelques lignes sur les debats passionnants qui l’animerent. Je prends tout de suite la precaution d’affirmer qu’il ne s’agit surtout pas d’une synthese, d’un resume, d’un compte-rendu, d’une analyse de l’ensemble de vos communications, ce que je serais bien incapable de faire. Non, il s’agit tout simplement d’une evocation desordonnee des themes qui retinrent notre attention pendant plusieurs journees, et ce au moment ou le discours d’autorite du ministre francais de l’interieur traite de la crise d’autorite de toutes les instances… Patchwork, assemblage ou empilage disparates, mosaique aleatoire, «salmigondis» (comme disait un mes anciens professeurs en laissant tomber avec mepris sur le sol les mauvaises copies que nous devions ramasser…), delayage, et/ou tout ce que vous voudrez. Je me suis contente de surfer sur les souvenirs du colloque, et j’ai meme ajoute parfois mon grain de sel (on peut vouloir relever un salmigondis., le ragout etant affaire de cuisine!). Je ne me suis pas contente d’evoquer les communications, j’ai egalement fait des allusions a des discussions qui eurent lieu a table, ou sous la galerie en attendant le tintement de la cloche. !
Je me permets quand meme de remercier tous les participants pour le travail fourni et la qualite d’ensemble des communications qui ont fait de cette session une session particulierement vivante et animee, et ce dans le meilleur esprit. Il est vrai que traiter du discours d’autorite a une periode ou les tensions economiques, sociales, politiques, religieuses se manifestent un peu partout a la surface de la planete ne pouvait laisser indifferent. Automatiquement, traiter du discours d’autorite et du discours de l’autorite allait mettre en jeu des concepts tels que la regle, la loi, la verite, la norme, la realite, la valeur, la foi, la rationalite, la competence, le veridictoire, la manipulation, etc., et, bien sur leurs contraires … Et de tout cela il fut forcement question dans les differentes demarches des chercheurs.
Sciences du langage obligent, la grammaire fut sur la sellette, et malgre le propos fort connu de Flaubert (dont il ne fut pas question au colloque):
«La mediocrite choisit la Regle- moi je la hais. Je me sens contre elle et contre toute restriction, corporation, caste, hierarchie, niveau, troupeau, une execration qui m’emplit l’ame, et c’est par ce cote-la peut-etre que je comprends le martyre"*, on continua de se demander s’il fallait dire ainsi et ne pas dire comme ca., mais il apparut tres clairement qu’il y a les regles de grammaire justifiees et celles qui ne le sont pas., «Le bon usage"** restant a la fois discours d’autorite et discours de l’autorite. Le «la langue est fasciste» abusif de Roland Barthes fut cite et preta a discussion. Cependant le solitaire de Croisset aurait-il encense ce propos d’un communiquant: «Je crains bien que nous ne nous debarrassions jamais de Dieu, puisque nous croyons a la grammaire encore». Par ailleurs l’illustre Gustave eut sans doute entendu avec plaisir que la poesie est le discours qui impose son autorite par le fait qu’elle use de toutes les ressources de la langue, lui qui pensait que «la poesie etait la nature exquise, le c? ur et la pensee reunis». Mais nul doute que Flaubert ressentait ce vertige cree par le surplomb de la langue qui nous parle avant que nous ne parlions d’elle, ainsi que l’ecrivait M. Foucault qui fut cite a ce propos. Il fut aussi question d’une langue qui tait et dont les silences ou omissions volontaires peuvent devenir l’expression d’un discours d’autorite comme le celebre «Oui, nous pouvons» du discours du candidat Obama. Le vide cree par l’absence d’objet renforca le modal, et ouvrit la porte des reves a l’imagination de chacun.. Nous connaissons la suite ! Manipulation diront les semioticiens, le sujet du «faire faire» ayant pour objet non une chose, mais un etre humain.. Mais tout discours n’est-il, pas manipulateur? Barbey d’Aurevilly fut presente comme le maitre de la manipulation pour mener son lecteur en bateau et mettre a faux l’autorite litteraire. Quant au discours politique, il s’affirme par ses ambiguites tout en se pretendant clair, le jeu sur les pronoms et l’ensemble des deictiques etant un bel exemple d’une strategie ayant pour fin de brouiller les pistes. Le malentendu involontaire en politique peut entrainer un affaiblissement de l’autorite de son auteur, mais il arrive aussi que le malentendu cherche soit egalement un processus de brouillage.. En Russie en revanche, sous les tsars, le discours politique se veut autoritaire a priori, ce trait se justifiant par la consideration que ce discours est aussi celui de la terre russe, la politique etant consideree ou concue comme un mecanisme. Nicolas Karamzine, historien venere du debut du XIXe siecle, n’avait-il pas attribue la grandeur de la Russie a l’autocratie et la permanence d’un Etat fort qu’il ne fallait absolument pas remettre en cause? Tchaikovski etablit-il une relation entre la force du pouvoir russe et celle du destin de la Russie telle qu’elle est decrite dans ses dernieres symphonies?
Des exemples concrets de discours de sujets investis d’une autorite politique ou religieuse dans la societe occidentale contemporaine comme Sarkozy, Benoit XVI, furent analyses. S’agissant de l’ancien president de la Republique, c’est a loupe du
* Lettre a Louise Collet du 7 septembre 1853.
** Grevisse Le bon usage (dernieres editions par Andre Goosse). Editeur De Boeck Duculot Paris
logiciel hyperbase que sa rhetorique, son volontarisme, et son egocentrisme exacerbe furent mis en evidence. L’analyse avec des moyens plus traditionnels du discours de Benoit XVI, en particulier par un recensement precis des marqueurs lex-ico-grammaticaux, montra la dimension politique d’un discours considere a priori comme religieux. On comprend comment s’y prit ce Pape pour adresser un message qui avait sans doute pour finalite de porter au-dela de la communaute chretienne. La mise en evidence des aspects phonologiques des discours d’autorite que sont les discours presidentiels montra, s’agissant de ceux des hommes politiques francais, le demarquage affirme par rapport au francais ordinaire. La republique aurait-elle du mal a surmonter des habitudes monarchiques si fortement implantees? Quant aux rapports entre la maxime morale et la maxime politique, ils definissent une autorite commune evidente, mais, si le role des maximes apparait comme etant commun a toutes les societes, il est plus delicat de comprendre comment elles agissent et a quels besoins elles repondent. Il est vrai que fut soutenue l’idee qu’une fusion semantique se produit inevitablement entre le discours d’autorite politique et les topoi, ou lieux communs, et qu’il s’agit la d’un mecanisme universel mis en evidence par la methode de «l'ecologie de la langue». Il faut noter que le role des media est tel qu’on se demande si la television n’est pas le sujet manipulateur faisant ou defaisant les hommes politiques. La manipulation de l’information par la place qu’elle accorde aux rumeurs devient un efficace instrument de promotion ou de ruine des hommes de pouvoir. Il fut ainsi question de democratie electronique, particulierement en reference a Bourdieu, et il apparut que l’autorite acquise par un individu ou un groupe, souvent a partir d’un capital symbolique, n’est jamais eternelle car elle evolue sans cesse tout au long de l’histoire a laquelle elle participe sous les formes les plus variees et parfois tres instables.
Si le dictionnaire est un ouvrage faisant autorite par definition, on nous rappela le temps ou le dictionnaire Larousse des annees 50 comportait encore des pages roses faisant autorite dans l’ouvrage d’autorite, ces pages etant reservees en grande majorite aux locutions latines (maximes et adages) et a leur traduction. Mais l’autorite peut s’affaiblir ou se perdre et la maison Larousse abandonna ces pages roses, peut-etre a cause du mepris affiche par certains milieux intellectuels francais a l’endroit de ceux qui les consultaient.
Il arrive que les langues se contestent entre elles ou contestent telle langue officielle par des deformations, des derives semantiques, des tournures argotiques, etc. Ainsi, dans les regions socialement tres defavorisees, ou vivent sans travail et livres a eux-memes de nombreux jeunes francais, ceux-ci, se considerant exclus de la societe, construisent leur propre langue. Mais, symetriquement, de l’autre cote de la Mediterranee, des jeunes algeriens vivant egalement dans des conditions difficiles, melent constamment a leur discours des mots francais, voire des tournures francaises, en leur pretant des significations particulieres- ils considerent sans doute que le francais reste une langue de pouvoir, donc faisant autorite, par provocation, dans leur milieu. Les traces du colonialisme, avec leurs consequences nefastes, sont loin d’etre effacees encore aujourd’hui et les langues deviennent des enjeux de pou-
voir et d’autorite dans des secteurs ou justement le pouvoir legal est conteste. Ces conflits touchent parfois la litterature, sous une autre forme evidemment, et c’est ainsi que l’autorite du Robinson de Defoe deja contestee par celle du Robinson de Michel Tournier, l’est de nouveau par le Robinson de Patrick Chamoiseau, natif de la Martinique, theoricien de la «creolite» et prix Goncourt. C’est la un des paradoxes d’aujourd’hui: les specialistes des langues des populations dominees sous la colonisation redonnent autorite aux parlers de leurs pays, mais en meme temps ecrivent aussi dans la langue qui fut celle du pouvoir: ce phenomene concerne l’ensemble des pays anciennement colonises. C’est aussi en contestation aux milieux dominants et privilegies que se construit le discours des rappeurs, dont l’autorite de chacun ne peut s’affirmer que par la domination du rival. Mais si la television peut faire des presidents, elle peut aussi faire des rappeurs tres riches.
S’agissant du discours medical, il fut rappele qu’il se doubla d’un discours religieux, quand la peste noire fut presentee par le Pape Clement VI (1348) comme une sanction de Dieu contre le peuple des chretiens. Une autre communication porta sur l’hegemonie du discours religieux en medecine. Le discours d’autorite des medecins avait donc ses limites, mais il arrive aujourd’hui encore que ce soit le medecin lui-meme qui se refere a une autorite religieuse. Pendant que le colloque se deroulait le parlement irlandais vota une loi qui permettra, en cas de necessite, de sacrifier le f? tus si cela sauve la mere, et ce a la suite du deces tout recent d’une jeune dentiste a qui, pour des raisons religieuses, son medecin refusa l’avortement. L’adoption de cette loi a provoque de vives reactions de la part du clerge irlandais, ainsi que dans les milieux conservateurs et catholiques du pays.. Est-il necessaire d’insister sur le poids encore ecrasant des autorites religieuses et de leurs discours sur le destin des populations qui y sont soumises. Le concept du peche dans l’episteme anglo-irlandais fut aborde ainsi que le rapport entre le discours sur le peche et le discours d’autorite a partir de l'?uvre de Joyce. Il etait clair que l’interpretation dynamique du peche constituait une des variables du discours moral d’autorite. L’idee d’un autre monde meilleur n’a pas fini de faire des ravages en celui-ci, car le meilleur des mondes des uns s’oppose au meilleur des mondes des autres., d’ou du sang, des larmes et des morts sur ordre des hierarchies. Vivant en un temps aussi trouble qu’aujourd’hui, Thomas Hobbes, dont il fut question, ne voyait qu’un pouvoir autoritaire fort pour proteger l’homme de lui-meme. A noter que souvent critique violemment par les tenants de la liberte, il ne va pourtant pas aussi loin dans sa conception de l' Etat que le regime fascisant (le mot est anachronique et deplace, nous en convenons !) elabore par Platon. Les manuels de philosophie pour nos lyceens proposent toujours l’analyse du «mythe de la caverne», (y compris avec dessin explicatif !), mais sont plutot discrets sur le livre V de la Republique qui precise que «[les] femmes de nos guerriers seront communes toutes a tous- aucune n’habitera en particulier avec aucun d’eux- les enfants aussi seront communs, et le pere ne connaitra pas son fils, ni le fils son pere» ou qui, un peu plus loin considere, que «s'en remettre au hasard pour les accouplements, ou pour toute autre action, c’est un chose que ni la religion ni les magistrats ne permettront dans une societe de gens heureux. [.] il est des lors
evident que nous ferons des mariages aussi saints que possible, et nous regarderons comme saints ceux qui seront les plus avantageux a l’Etat». Suit le passage ou il est affirme qu’il faudra selectionner les individus pour les accoupler comme on le fait pour les chiens et les oiseaux… Puis la cerise sur le gateau: «Il faut, repris-je, d’apres les principes que nous avons admis, que les sujets d’elite de l’un et l’autre sexe s’accouplent le plus souvent possible, et les sujets inferieurs le plus rarement possible- il faut de plus elever les enfants des premiers, non ceux des seconds, si l’on veut maintenir au troupeau toute son excellence. D’un autre cote les magistrats doivent etre seuls dans le secret de ces mesures, pour eviter le plus possible les discordes dans le troupeau des gardiens». Et enfin l’horreur: «Je veux ensuite que ces fonctionnaires portent au bercail les enfants des citoyens d’elite et les remettent a des gouvernantes, qui habiteront a part dans un quartier particulier de la ville- pour les enfants des hommes inferieurs et pour ceux des autres qui seraient venus au monde avec quelque difformite, ils les cacheront, comme il convient, dans un endroit secret et derobe"*. Tous les philosophes connaissent ces textes, mais ce qui est agacant c’est l’espece de censure qui s’exerce sur eux dans les editions scolaires qui omettent de les citer., car oser contester l’autorite de Platon serait presque un peche., le dualisme etant sacre. Ces choses etant dites, nous rejoignons Francois Chatelet avec qui nous avions eu l’occasion de parler quand il venait en vacances dans les Hautes Alpes, il y a un peu plus de quarante ans de cela,:
«Le projet platonicien du Savoir, la promesse chretienne du salut (et sa signification pour la conduite individuelle ici-bas) et la volonte contemporaine du bien-etre ne sont-elles pas les avatars historiques principaux de ce devenir d’une Raison de plus en plus dominatrice, prenant de mieux en mieux conscience de ses limites et developpant de ce fait, une repression de plus en plus agressive?"**
Quelques lignes plus loin le philosophe, malgre les contradictions et enigmes que rencontre le lecteur, pense que le meilleur moyen de les surmonter est de «considerer qu’il est bon avant tout de connaitre Platon"***, avis que nous partageons entierement.
Les universitaires reunis par le colloque furent peut-etre surpris d’apprendre par certains d’entre eux que le discours universitaire, discours d’autorite, pouvait etre un discours violent ayant une fonction a la fois discriminatoire et d’affirmation de soi.. Il peut meme arriver que le discours universitaire se transforme en «engueulade», comme tous les discours tenus sur les lieux de travail. Des expressions telles que «remonter les bretelles», «passer un savon», «flanquer une avoinee», et quelques
* Les extraits cites sont pris dans le texte traduit par Emile Chambry (La Republique Platon editions Gonthier Mediation 1963 pp. 144−182). Les differences par rapport a la traduction de Leon Robin (Platon ?uvre complete Gallimard La pleiade 1950 tome 1 La Republique livre 5 pp. 1017−1062) ne remettent pas en cause le sens du texte, et nous supposons qu'-il en est de meme par rapport a des tradu

Статистика по статье
  • 45
    читатели
  • 8
    скачивания
  • 0
    в избранном
  • 0
    соц. сети

Аннотация
научной статьи
по языкознанию, автор научной работы & mdash- Марио П.

Симпозиум, который в июле 2013 г. уже 34-й раз проходил в г. Альби (Франция), организован Междисциплинарным центром семиолингвистики текста университета Тулуза-II, с которым Тюменский государственный университет сотрудничает, начиная с 2002 года. Темой симпозиума был дискурс власти. Среди сообщений затрагивались темы общефилософского обоснования властного дискурса в произведениях Гоббса (доклад П. Марио), властного родительского дискурса, властного дискурса Ватикана, дискурса конкретных политиков (например Н. Саркози), авторитарного дискурса рекламных текстов, властного дискурса, получившего отражение в художественных текста, в живописи. Среди участников симпозиума также были представители Тюменского государственного университета. Профессор Е. Н. Эртнер говорила о властном дискурсе земли Русской, во многом понимаемом как сила власти природы, что нашло отражение в русской художественной литературе. Профессор Н. Н. Белозерова говорила о семантической связи между категорией локуса и дискурсом власти. Т. В. Хвесько говорила об авторитарности дискурса в учебных аудиториях. Доцент Д. Е. Эртнер обобщила употребление когнитивных метафор в речах российских политиков. Аспирант Е. В. Новокрещенных представила доклад о концепте «грех» в англо-ирландской эпистеме и о соотношении между дискурсом о грехе и властным дискурсом. Очевидно, что динамическая интерпретация греха является одной из переменных составляющих морального властного дискурса. Доцент Г. З. Ефимова представила результаты научного исследования, проведенного в рамках ФЦП «Академическое мошенничество». Все доклады в виде статей будут опубликованы в 34-х анналах симпозиума в июле 2014 года.

ПоказатьСвернуть
Заполнить форму текущей работой